Fondation Cité de la Santé

Témoignage de nos partenaires

Dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire au Québec, nous avons demandé à la Ville de Laval, partenaire avec nous dans l’implantation du Projet CLÉ à Laval, de s’exprimer sur cet enjeu important.

Merci à Jocelyne Frédéric-Gauthier, conseillère du district d’Auteuil, pour son témoignage.

« La persévérance scolaire est une cause qui me tient à cœur. Elle est d’autant plus importante depuis le début de la pandémie puisque les élèves doivent faire face à de grands chamboulements : l’école se fait à la maison en mode virtuel, les rassemblements sont interdits, les activités parascolaires sont annulées, etc. C’est une situation qui fragilise constamment l’assiduité et la motivation des élèves et des étudiants. Il est essentiel d’encourager, de célébrer les petites victoires du quotidien et de soutenir nos jeunes. Cela peut faire une énorme différence dans leur vie, leur futur et leur participation citoyenne.

La Fondation Cité de la Santé et la Fondation du Centre jeunesse de Laval ont uni leur force pour lancer le projet CLÉ à Laval. Cette initiative, soutenue par Desjardins et réalisée en collaboration avec la Ville de Laval, permet à des jeunes issus du Centre jeunesse de poursuivre des études postsecondaires. La Ville, le maire et moi-même sommes très heureux de contribuer à ce projet grâce au Fonds Place du souvenir que nous avons créé pour les jeunes de 0 à 17 ans, issus des milieux défavorisés. Le Fonds participe à ce projet avec une somme de 125 000 $ soit 16 % de la totalité des sommes investies pour que ces jeunes aient les moyens de réussir les défis académiques qu’on les invite à relever.

Les cercles vicieux qui perpétuent l’ignorance au sein d’une société, comme la pauvreté, l’insécurité alimentaire, un milieu familial en difficulté, sont autant d’éléments qui accentuent les occasions de décrochage. Il faut lutter contre ces sources de démotivation. C’est l’affaire de tout le monde. C’est la raison pour laquelle la Ville est partenaire, même si le champ de l’éducation est de la juridiction exclusive du gouvernement du Québec. Il est de la volonté du maire et des conseillers municipaux de participer à l’effort consacré pour que les jeunes poursuivent leurs études aussi longtemps qu’ils le souhaitent.

Nous sommes toujours très fiers d’avoir la possibilité de disposer du Fonds Place du souvenir, un outil pour aider nos partenaires à rendre les études plus faciles pour ces jeunes du Centre jeunesse. J’en suis d’autant plus fière que certains de ces jeunes appartiennent à des communautés culturelles. Lutter contre l’ignorance, c’est aussi, entre autres, une façon de lutter contre le racisme pour parler d’un sujet qui revient beaucoup dans l’actualité ces derniers temps. 

Le projet porte bien son nom, car l’instruction est la clé pour avancer dans la vie, pour réussir, pour avoir accès à une meilleure qualité de vie, pour s’épanouir et profiter de la vie en société. 

J’ai envie de dire aux étudiants que les circonstances ne sont certes pas les meilleures en ce moment, mais qu’il s’agit d’une situation temporaire. L’avenir qui vous appartient est plus long. Dans toute période difficile, même sans porter des lunettes roses, il est possible de trouver du positif. Dans ce cas-ci, si vous persévérez, vous aurez deux nouvelles cordes à votre arc : la résilience et la capacité d’adaptation.»

Jocelyne Frédéric-Gauthier

Conseillère du district d’Auteuil

Responsable des dossiers de la persévérance scolaire et des communautés culturelles